Jacques Brel

Jacques Brel
Ha vivido, ha soñado, ha amado...Ce qui compte dans une vie, c'est l'intensité d'une vie, ce n'est pas la durée d'une vie. / Lo que cuenta en una vida, es la intensidad de una vida, no es la duración de una vida.

leketje

leketje
De donde los canales se cuelgan de las nubes.

jueves, 28 de abril de 2011

La Ville S'endormait / La Ciudad Se Adormecía





La ville s'endormait / La ciudad se adormecía
Et j'en oublie le nom / Y su nombre se me olvida
Sur le fleuve en amont / Río arriba
Un coin de ciel brûlait / Un rincón de cielo ardía
La ville s'endormait / La ciudad se adormecía
Et j'en oublie le nom / Y su nombre se me olvida
Et la nuit peu à peu / Y la noche poco a poco
Et le temps arrêté / Y el tiempo estancado
Et mon cheval boueux / Y mi caballo fangoso
Et mon corps fatigué / Y mi cuerpo cansado
Et la nuit bleu à bleu / Y la noche de azul en azul
Et l'eau d'une fontaine / Y el agua de la fuente
Et quelques cris de haine / Y algunos gritos de odio
Versés par quelques vieux / Derramados por algunos viejos
Sur de plus vieilles qu'eux / Sobre más viejas que ellos
Dont le corps s'ensommeille / Cuyo cuerpo se adormila

La ville s'endormait / La ciudad se adormecía
Et j'en oublie le nom / Y su nombre se me olvida
Sur le fleuve en amont / Río arriba
Un coin de ciel brûlait / Un rincón de cielo ardía
La ville s'endormait / La ciudad se adormecía
Et j'en oublie le nom / Y su nombre se me olvida
Et mon cheval qui boit / Y mi caballo bebiendo
Et moi qui le regarde / Y yo que lo miro
Et ma soif qui prend garde / Y mi sed que tiene cuidado
Qu'elle ne se voit pas / Para no ser descubierta
Et la fontaine chante / Y la fuente canta
Et la fatigue plante / Y la fatiga clava
Son couteau dans mes reins / Su puñal en mis riñones
Et je fais celui-là / Y hago como aquel
Qui est son souverain / Que es su soberano
On m'attend quelque part / En algún lugar me esperan
Comme on attend le roi / Como un rey deseado
Mais on ne m'attend point / Pero en absoluto me esperan
Je sais depuis deja / Lo sé desde siempre
Que l'on meurt de hasard / Que morimos por azar
En allongeant les pas / Alargando el paso

La ville s'endormait / La ciudad se adormecía
Et j'en oublie le nom / Y su nombre se me olvida
Sur le fleuve en amont / Río arriba
Un coin de ciel brûlait /Un rincón de cielo ardía
La ville s'endormait / La ciudad se adormecía
Et j'en oublie le nom / Y su nombre se me olvida
Il est vrai que parfois près du soir / Es verdad que a veces llegando la noche
Les oiseaux ressemblent à des vagues / Los pájaros se asemejan a las olas
Et les vagues aux oiseaux / Y las olas a los pájaros
Et les hommes aux rires / Y los hombres a las risas
Et les rires aux sanglots / Y las risas a los sollozos
Il est vrai que souvent / Es verdad que a menudo
La mer se désenchante / El mar se desencanta
Je veux dire en cela / Quiero decir en esto
Qu'elle chante / Que canta
D'autres chants / Otros cantos
Que ceux que la mer chante / Que esos que el mar canta
Dans les livres d'enfants / En los libros infantiles
Mais les femmes toujours / Pero las mujeres siempre
Ne ressemblent qu'aux femmes / No se parecen más que a las mujeres
Et d'entre elles les connes / Y entre ellas las gilipollas
Ne ressemblent qu'aux connes / No se parecen más que a las gilipollas
Et je ne suis pas bien sûr / Y no estoy convencido
Comme chante un certain / Como dice alguno
Qu'elles soient l'avenir de l'homme / Que ellas sean el porvenir del hombre

La ville s'endormait / La ciudad se adormecía
Et j'en oublie le nom / Y su nombre se me olvida
Sur le fleuve en amont / Río arriba
Un coin de ciel brûlait / Un rincón de cielo ardía
La ville s'endormait / La ciudad se adormecía
Et j'en oublie le nom / Y su nombre se me olvida
Et vous êtes passée / Y habéis pasado
Demoiselle inconnue / Desconocida dama
À deux doigts d'être nue / Con vuestra desnudez oculta
Sous le lin qui dansait / Bajo el lino que bailaba


Jacques Brel / leketje
http://youtu.be/5zKBsJOaMMk